29/05/2005

Au grès du vent...

Mes yeux accrochent les images
Ephémères
Que m'offre l'horizon
Enfermé dans la coquille de métal
Que la double ligne de vie emmène
Ma plume hoquette
Au rythme cardiaque
Du va et vient

On entend le crépitement de la chaleur
Envahir la voiture 345
"Prefuse 73" rebondit sur mes tympans
Isolés par mes ouïères de plastique noir
Retour au bercail, la tête pleine d'étoiles
Le chant de mes deux nièces fées
Embrume encore mes pensées ...



15:20 Écrit par sIn | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

25/05/2005

bribes d'une veille arrosée

OUH ... Le crâne ...
 
Ca vous dit d'aller boire un verre qu'elle disait...
Et voilà que je m'éveille, les neurones encore noyés alcoolisés.
 
Les bulles de champagne valsent sur le sol tapissé de vin blanc.
Aller encore un tour, je veux l'attrapper cette floche...
 
C'était l'anniversaire d'un inconnu, partagé avec des inconnus...
C'est merveilleux quand même...
 
Et nous voilà dans un minuscule café
Où les premières personnes que l'on rencontre sont dinantaises
On est vraiment dépaysé...
 
Danser sur Daddy Cool de Boney M
Chanter sur le Fâmeux trois mâts de ce bon vieux Léo
S'enivrer dans le vin d'origine inconnue...
 
Il est qu'elle heure là? 3 heure et demi, non !
Je suis bourré et je bosse demain matin...
 
Deux nurofen et beaucoup d'eau ...

14:00 Écrit par sIn | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

22/05/2005

Trois pas en avant...


 Tant d'envies, de rêves qui restent prisonniers de mon esprit éclaté
Je glisse sur la bulle d'une réalité que j'aimerais tant caresser
 
Je marche à taton dans un couloir asseptisé
Les yeux bandés j'avance
Tendant les bras vers l'incandescence
 

Mater le mat
Ironiser les plaies
 
Je veux courir après mon souffle
Danser sur les ombres de mes pensées
Mazurka envolée
Sur un air de papier glacé
 
Enter dans la bulle...juste un pied...
 
..................................................................
 
Soirée pour ML. hier.
 
ML...
 
Goutte de rosée sur un trèfle à quatre feuilles
Tornade de plaisir sur un miroir dénudé
Coeur de porcelaine dans un écrin de safran
Conte de fées battant des ailes sur un soleil mouvant
 
Elle est belle ML...



10:08 Écrit par sIn | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

20/05/2005

jeu dit non ...

Assis sur un fauteuil d'un cyber... Toujours pas de connexion at home et MERCI je ne travaille pas aujourd'hui...
 
 
 

 
Je suis épuiser de dealer la dose d'argent à ces accoutumés.
 
Quel drogue dure qu'est le jeu !
 
Les gens deviennent aigris, mausades, malades d'un vis qui écorche leur portefeuille. Certains seraient près à donner leur famille, leur vie pour une poignée d'euros qu'engorgent sans scrupule les machines éduquées à absorber.
LoBOtoMiséS, ils s'enfoncent jours après jour dans les sables d'argent...
 
Nos regards impuissant se blazent pour ne pas pleurer, devant cette misère articulée.
Comment aider de l'intérieur, nous sommes les engrenages de cette fatalité, nous sommes la main qui donne les clés.
 
Bientôt s'échapper...



12:14 Écrit par sIn | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/05/2005

Promenade accordéonique


Les vibrations des soufflets de Br. et Ol. enchantent mes doigts devenus marionnettes de leurs touches de nacre. Sur les douces mélodies encore hésitantes des nouvelles envies klezmer, russes ou encore bretonnes dansent les notes enivrées.
 
Déjà un goût de vacances nous mes le vin a la bouche...
 
Qu'elle drogue magnifique qu'est la musique... Colérique, magique, transique, mélancolique, nostalgique... Combien d'adjectifs peut-on encore ajouter à cette liste?
 
J'imprègne mes sens de cette substance accoustique, saigne mon humeur en ébas D'enclumes et marteaux.
 
L'aiguille pénètre sous l'épiderme
Innonde lentement mon corps
De sa rivière d'émotion...
 

13:23 Écrit par sIn | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/05/2005

retour d'une marée


 
 

 
 
 
Retour sur les virtuoses pages virtuelles...
 
Ephéméride d'un éveil tantôt mausade, tantôt de jade
Envie de décorer de mots les vagues pixellisées.
 
Ici où les machines clignottent un dialecte interdit
Que seuls les accoutumés comprennent
Je pose les lettres de mon jardin
Sur vos Regards...
 
Que ces échanges m'ont manqués...
En espérant les retrouver...



10:51 Écrit par sIn | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |