04/08/2004

essai...

On ne joue plus, le livre s'est ouvert sur l'épilogue d'un passé meurtri par les flagellations de pensées violées. Mes pas me guident sous le porche, un clochard m'appelle de sa voix rauque et suave, il connait mon nom : St John de Vicci.
Il m'approche de son entité, elle remue des effluves d'un mauvais vin de messe, où se des mélangent odeurs âcres et gluantes de poison avarié. Elle me rappelle la Rue du Cressy à l'aube du mardi, l'heure à laquelle se rassemblent dans le canniveau central situé au milieu de la chaussée, toutes les progénitures avortées des latrines.
L'homme n'a pour seul vêtement une couverture à carreau grise et rouge, celles qu'ils distribuent au siège de la pauvreté, épicentre de la misère humaine, 90 % de la population. Sous sa misérabable toge, il est entièrement nu. Il est affalé sur les pavés du seuil, gelé par la chaleur d'hivté, le sol avalant sa carcasse.
Son corps n'est en fait qu'un monticule d'os articulés sur lequel on avait posé deux globes occulaires, seuls signes de vie sur ce squelette nacré.Ses yeux grands, ronds, la couleur pourpre faisant ressortir l'absence de pupille...Ces qui yeux ne se ferme jamais, comme paralysés. Ils me fixent dans l'ombre de la nuit, m'hypnotisent.
Je sens mes membres glisser, s'amolir, se liquidifier. Mes cris ricochent sur les murs de mes tympans, je suis prisonnier de mon propre corps. Peu à peu ma peau se transforme en une glaire pâteuse. La lune me regarde d'un oeil cynique et dépose un voile opaque sur mes yeux.
Le vent glacial armé de ses poignards chauffés à blanc lacère mes membres.
Le toit de la nuit s'éloigne lentement, mon crâne lèche le pavé du 4, Rue des Fouches : ma demeure...
Je lève les yeux, un homme ouvre la porte.
Je suis nu sous une couverture grise et rouge...

16:54 Écrit par sIn | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

~~~ superbe ton univers surréaliste mais pourtant, bien ancré dans le quotidien. J'aime ...

Écrit par : Nola | 04/08/2004

Je viens d'arriver... J'ai lu tes billets avec comme un coup au coeur...Accordéon, Suède, tante magicienne des notes, maman... Tu me rappelles quelqu'un...mais je me trompe certainement...

Écrit par : Neige | 04/08/2004

Je pense que je vais revenir assez souvent ici, je t'ai linké

Écrit par : Nola | 05/08/2004

De beaux mots!... Et je n'oublie pas leur contenu...

Écrit par : Ava Noor | 05/08/2004

Les commentaires sont fermés.